Français

(C) Koen D'Hous

(C) Koen D’Hous

Fille d’une mère Flamande, polyglotte, ayant fait des étude d’interprète et issue d’une famille de journalistes de la presse écrite d’origine Brugeoise, dont la lignée est faite de fonctionnaires, d’indépendants, de commerciaux et d’artisans, mais – particularité étonnante pour deux siècles d’ancêtres Flamands – sans y trouver le moindre agriculteur – et d’un père Bruxellois francophone, farouchement unilingue, pâtissier-jardinier, ayant fait des études d’ingénieur agricole, grand enthousiaste des sciences naturelles et issu d’immigrés Espagnols agriculteurs et cuisiniers, travaillant le vivant donc, je suis née à la croisé de deux cultures linguistiques et de deux épistémologies différentes. Il me semble que, sans réelle assisse d’un côté ni de l’autre, c’est-à-dire familière des deux bords sans y être vraiment posée, la traduction est fondamentalement le lieu d’où part ce qui me constitue: elle fait mon interdisciplinarité et mon aspiration à me situer à l’interface entre sciences humaines et sciences exactes.

Depuis 2007 je suis professeure de Psychologie Clinique à l’Université Libre de Bruxelles. Je suis docteur en Biologie (Physiologie-Biochimie, Université de Gand, 1997) et docteur en Psychologie (Psychologie Clinique et Psychopathologie, Université de Lyon, 2009). J’ai fait un séjour postdoctoral à l’Université du Michigan avec le professeur Howard Shevrin à l’Ormond and Hazel Hunt Laboratory for the Study of Conscious and Unconscious Processes. Pendant trois ans, j’ai travaillé entant que psychologue avec des patients schizophrènes au Centre Psychiatrique de Beernem. J’ai aussi une pratique entant que psychanalyste.

Mon domaine de réflexion et de recherche est le domaine dit de la “neuro-psychanalyse“, à l’interface entre psychanalyse et neurosciences.

 

 

Clifford Yorke Prize

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *