BAZAN

sept aout 1954 Patisserie Jeanne Schobbens Ana Bazan Mme Vandormael

HISTOIRE DE LA FAMILLE BAZAN (MEDRANO)

entre 1850 et 1950

Ariane Bazan 1983-2012 –

Jeanne et Ana dans l’atelier de la pâtisserie « Montjoie », Ixelles, septembre 1954

 

ALMUNECAR

L’histoire de Almuñécar commence en 1500 avant JC, c’est-à-dire à lAge de Bronze. À la fin du IXième siècle avant JC, les autochtones sont colonisés par les Phéniciens, qui fondent la structure urbaine d’une ville.  A la fin du IIIe siècle avant J.-C.,les Romains arrivent et trouvent une ville bien structurée avec une économie florissante basée sur le poisson salé et qui production legarum“, de la sauce de poisson, ainsi que sa propre monnaie.L’alphabet phénicien n’avait pas de consonnes, de sorte que le nom de la colonie, transcrit en latin, est SKS“, qui a conduit au «Sex» après la conquête romaine. En Latin un ‘i’ est alors ajouté pour la déclinaison du nom de lieu, ce qui donne “Sexi“.  Sous la domination romaine y est ajouté Firmum Iulium“. Le souverain de  “Sexi Firmum Iulium” est alors Seneca Filius, Arvacus et celui-ci reprend le fort construit par les Phéniciens (aujourd’hui le “Castillo de San Miguel“). Il y avait donc en outre une grande usine de garum, qui aurait été en fonction du 4ième siècle avant au 4ième siècle après JC. Il y a également un théâtre et un aqueduc à partir des sources du Rio Verde à la ville. Au VIIIième siècle, la ville est prise par les Arabes qui lui donnent le nom de “Al Munacab“. Ce nom vient de “Hisn al-Monacar” (“château entouré par des montagnes”), qui était le nom donné par les musulmans. Avec l’avènement de l’émir Abd ar-Rahman I le 15.08.755, après sa fuite héroïque de Damascus, où sa famille fut assassinée après la trahison des Abbasids. Pendant son règne, de 756 à 788, la ville est florissante, et la splendeur de la province de l’Al Andalus. Almuñécar produit de la canne à sucre, des bananes, des raisins secs, des céréales et toutes sortes de fruits; la pêche dans ses eaux est excellent. La ville portuaire a des marchés et des mosquées ainsi que des banlieues. Le fort Romain devient important pendant l’époque Nasride et est alors réputé pour a prison et son donjon. À l’époque de ld’Al-Andalus, l’illustre voyageur al-Idrisi, fait mention de la découverte de la ville et  des ruines d’autrefois. A l’époque Nasride, il y a le commerce du soie. La forteresse fut remise par Caid Ibn al-Hay au monarque catholique, Don Hernando, en 1489 après sa capitulation à la fin d’un long siège, le siège de Baza. En 1808, la ville fut bombardé par la flotte Anglaise.

 

FAMILLE BAZAN-MEDRANO

 Emmanuela Parra

Noces de Emanuela Parra en Espagne avec un Medrano (vers 1856?)

EMMANUELA PARRA                                    MEDRANO

    ° 1834-1838, ……                                           ° ……                

                               †1914-1918, Mascara, Algérie                          dcd jeune

Emanuela Parra serait morte de chagrin près d’Incarnation, sa fille, due à “la perte de ses enfants” pendant la guère. (Je pense qu’il s’agit de la perte des enfants d’Incarnation.) 

          de leur union sont nés trois enfants, nés en Espagne, près de Grenade

FRANCISCO (Paco) MEDRANO                      INCARNATION (Carmen) MEDRANO             frère

°1857, Almunacar, Espana        °…                                                              °………

†1943, Ixelles, Bruxelles             morte avant 1920-1925                              †…………

Paco aurait fait des études, aurait eu une instruction. Son père étant mort, il aide à entretenir la famille. Il emporte du poisson pour le vendre (à Malaga). Paco et son frère ont un saloir dans la mingue en Espagne, ils ont un bar à café dans la mingue. Le frère devient boulanger. Il serait marié à Mascara et aurait eu deux enfants (deux filles, soit une fille et un fils), habitant près de Mascara, et tous les deux muets. Il serait parti en Amérique, pour faire de la canne à sucre (connexion cirque Medrano?). Il est revenu en Espagne après 11-12 ans, pendant la guerre de 14 (ce qui nous ramène à un départ début des années 1900, peu après le départ probable de Paco pour l’Algérie). Pendant la première guerre mondiale, il livre des sacs de blés et d’autres denrées et de matériaux à l’armée Française. Il est marchand de chevaux et de bétail (maquignon). (Une nièce muette, aurait marié un Lord Anglais, qui était dans les mines en Espagne?) La sœur, Carmen, devient boulangère à Mascara. C’est “une très belle femme

En 1870, la chute de l’empire et l’avènement de la 3e République en France conduisent à la fin du régime militaire en Algérie à la demande des français d’Algérie. Un gouvernement général civil de l’Algérie est institué. Il est rattaché au ministère de l’intérieur et non plus à celui de la guerre. Dès la fin de l’insurrection de 1871, l’Algérie du Nord est pacifiée ; il y a une extension progressive du contrôle de l’administration française. Les territoires sous administration militaire ne concernent plus que le Sud du pays. Les services du gouvernement général de l’Algérie sont réorganisés. Un processus d’assimilation de l’Algérie à la France est engagé. Le Gouverneur général de l’Algérie est pratiquement un super préfet et en 1878 l’ensemble des affaires de l’Algérie est traité à Paris par les différents ministères.

 

Paco Medrano/Gabriel Bazán

 Premières noces de Paco Medrano

 à 19 ans, en 1876 – en Espagne, à Almunacar

 PACO MEDRANO                                une Bazan? (probablement pas)

°1857, Almunacar, Espana                   née en Espagne

†1943,hôpital d’Ixelles, BXL                  † ……….

                             de leur union est né un fils

JOSEPH MEDRANO, dit Caporal

                                                   °1879 en Espagne (en Algérie?)

                                                  †1926      

Paco ne reste pas longtemps avec la mère de Joseph. Joseph est élevé par Carmen, la sœur de Paco. Il a la.nationalité Espagnole, puis Française – l’Algérie était Française. Il a fait son service militaire en France. Pendant la première guerre mondiale, il voit mourir François, le frère de Marie Gonzales, chef à l’armée. Il met une bouteille à sa tombe pour qu’on puisse la reconnaître. Après la guerre probablement, il se marie avec Blanche Alpin. Blanche est l’aînée des filles du marchand de vin Chatain. De leur union sont nés deux fils, du nom de Medrano: Fernand, l’aîné, (°±1919)  et Camille (°±1920) (Joseph aurait 40-41 ans à la naissance de ces enfants?). En travaillant dans un puis, Joseph tombe dedans et décède à la suite d’une longue maladie. Blanche et les deux enfants s’en vont au Maroc vers 1928-1929, peu avant ou peu après que la famille de Gabriel Bazan quitte l’Algérie. Blanche et les fils ont habité à Fez et à Cassablanca entre 1928 et 1935. Un de ces fils serait mort jeune.

 

Paco s’en va pour l’Algérie, pour Oran, après ce premier mariage, vers 1893-1895, vers 36-38 ans donc. Il va rejoindre sa sœur qui serait peut-être déjà mariée à un Bazán à ce moment là. Il est enregistré sous le nom de Paco Medrano à Oran. Ils habitent près du pont de Clemsen, près d’Oran, connu pour ses inondations fréquentes. Avant d’habiter de grandes fermes, ils logent dans des camps appelés gourbis. Ils s’en vont d’abord pour une première ferme à Sidi Mimoun et pour ‘…’ avant de partir pour Saïda. Paco Medrano change de nom entre 1880 et 1900, et probablement entre 1882 et 1896 et prend le nom de Gabriel Bazán. Soit Bazán est le nom du premier mari de sa mère, ou bien il emménage avec sa sœur, qui s’appellerait Incarnation Bazán à ce moment là, d’une première union, et il reprend son nom après que le Bazán soit mort. Mais Paco Medrano s’est (d’abord) inscrit au consulat d’Algérie sous le nom de Medrano. Il y a un blanc entre 1882 et 1897.

Secondes noces de Gabriel Bazán en Algérie probablement vers 1897-1899

GABRIEL BAZÁN                               MARIE GRÉGOIRE INCARNATION GONZALES

°1857, Almunacar, Espagne              °6 mars 1879, dans un village troglodyte à Sorbas, Esp
1943, Ixelles                                     rejoint l’Algérie en 1882? 
                                                          †14 septembre 1939 à Linkebeek, Belgique

de leur union sont nés neuf enfants, tous(?) à Saïda (Tiefried) (à la maison)

  LOUIS      ÉLÉONORE    FRANÇOIS    ANA   TOMAS      MANUEL    MANUELA

François est mon grand-père


Noces d’Éléonore Bazan et d’Albert Vaël, le 24 mars 1928 à Saïda, Algérie. De gauche à droite (dernière rangée): Ana Bazan, …., ….., Marie Grégoire Gonzales, ….. et Gabriel Bazan. De gauche à droite (devant): Éléonore Bazan, ….., et d’Albert Vaël. Légende : ‘A notre chère sœurette Anna. Souvenir de notre Mariage. Saïda le 24 mars 1928’. 

Gabriel se dit ‘chef comptable’ des grandes fermes que la famille habite. Lui et ses fils travaillent la ferme et le charbon de bois (Louis). Le charbon de bois se produit en couvrant le bois d’une couche hermétiquement close à l’air. Ce travail se fait à distance, et il faut partir pendant plusieurs jours. Dès jeune âge (douze ans), François travaille comme aide-boulanger à Saïda chez sa  tante, Incarnation. Il distribue quotidiennement le pain sur son vélo-tripédales à pain. Ana est en service chez les propriétaires de ‘Juan Bastos’, des Juifs Algériens, les Abécassis, où elle apprend la cuisine. Tomas fait son service militaire volontairement en Espagne. La famille Bazan quitte l’Algérie en 1928-1929.

Noces de François Bazan et de Jeanne Schobbens, le 13 avril 1931 à Uccle?Linkebeek? De gauche à droite (première rangée) : Madame Pellemans,  Marie Grégoire Gonzales, François Bazan, Jeanne Schobbens, Gabriel Bazan et Manuel Bazan.deuxième rangée: Pol Pellemans (un ami de Jeanne Schobbens), Ana Bazan, Charles Vandormael, Thérèse Schobbens, Joseph Dhuyser, Jules Dhuyser et Lisette Hermans. dernière rangée: Tomas Bazan, Anne-Marie Dhuyser, Manuella Bazan,une dame et peut-être le père Lisette, Mr. Hermans. Légende : ‘Souvenirs affectueux lors du Mariage de François et Jeanne Bazan Schobbens le 13 Avril 1931. dédié à Mr. et Mme Albert Vaël-Bazan’.

Nieuwe afbeelding1602200812 025

1937, « Bobonne et son Gogo prise à l’improviste Gogo »

Incarnation Medrano

Première noces ? ou premier ménage d’Incarnation avec un (Gabriel) Bazan ?

           INCARNATION (Carmen) MEDRANO                            BAZÁN ? Gabriel ?

            °après 1857, près de Grenade, Espana                     ° ………..

             † ….                                                                            † ……….

 de leur union sont nés quatre enfants du nom de Bazán

un Gabriel ? une Carmen ? enfants mort pendant la guerre?

Secondes noces de Carmen en Algérie, probablement à Mascara

INCARNATION (Carmen) MEDRANO                                                   ép. JOSEPH RUIZ

°après 1857, près de Grenade, Espana                                              ‘L’oncle de Mascara’

morte avant 1920-1925                                                                     °………

boulangère à Mascara, ou à Oran, près du pont de Clemsen             boulanger

                                                                                     mort (bien) après 1927

de leur union sont nés seize enfants

VICTOR        JOSEPH         AUGUSTE     CAMILLE     HÉLÈNE        GILBERTE    THÉRÈSE

 

la pâtisserie (Bazan) Montjoie, Avenue Montjoie, Ixelles 1952-1974

22082008 Serie 2 Lut 00622082008 Serie 2 Lut 007

22082008 Serie 2 Lut 008

22082008 Serie 2 Lut 00522082008 Serie 2 Lut 004

buche de noel

made for a baker named Bazan

2 thoughts on “BAZAN

  1. GARCIA

    Mon message vous étonnera peut-être.
    Je suis la petite-fille d’Eléonore BAZAN et d’Albert VAEL dont vous parlez sur ce site.
    J’ai bien connu enfant le frère de ma grand-mère, François avec qui j’apprenais la pâtisserie lorsque la famille de BELGIQUE venait en vacances dans le restaurant de mes grands-parents dans le Var, ainsi que son épouse Jeanne. Il me semble que j’ai vu aussi une fois la sœur de ma grand-mère, Anna.
    Aujourd’hui je suis devenu chef à domicile et mon domaine de prédilection est la pâtisserie.
    J’aimerais avoir des nouvelles de cette partie de ma famille dont j’ai perdu la trace à la mort de ma grand-mère en 1975.
    Je vous remercie par avance de tout ce que vous pourrez me dire.
    Cordialement.
    Christine GARCIA

    Reply
    1. ariane Post author

      Chère Christine Garcia, je vous écris sur votre adresse courriel à laposte mais je ne suis pas sure si vous recevez mes courriels. Vous pouvez me joindre par le biais de ce website en me laissant un message. Sinon, je suis aussi sur Facebook. Gabriel Bazan, le fils de Tomas Bazan, le frère d’Eléonore, va également vous appeler. Bien cordialement, Ariane Bazan

      Reply

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *