Des Fantômes dans la Voix

Des fantômes dans la voix Bazan

Le livre

Nous portons dans nos voix des fantômes que nous transportons, le plus souvent à notre insu, de génération en génération et qui nous parlent de notre histoire, de notre descendance et de notre identité. La plupart du temps ces fantômes agissent sous couvert. Ils refont surface dans nos rêves, nos lapsus, nos anxiétés et dans nos symptômes. La psychopathologie, c’est la pathologie du fantôme, du signifiant indicible mais néanmoins transmis. Tel un bras fantôme ou une jambe fantôme, ce signifiant bien qu’absent est investi. Il est investi d’une pulsion ou d’une intention mais, pareil au membre fantôme, son action véritable, c’est-à-dire son articulation, est bloquée. Or, ce qui n’est pas possible pour un bras ou une jambe, le devient pour une séquence phonologique: on peut refaire le même mouvement exactement — c’est-à-dire refaire point par point une même articulation — tout en changeant radicalement la signification de cette articulation. C’est la structure intrinsèquement ambiguë du langage qui permet la survie et donc la transmission du fantôme phonémique, alors que les fantômes des membres finissent par s’éteindre. C’est elle qui donne lieu à l’inconscient et à son action par-delà l’entendement conscient qu’on peut en avoir. Ce sont ces propositions-là sur la structure linguistique de l’inconscient qui font l’objet de ce livre.”.

La critique

En 2008, Ariane Bazan obtient le prix « Clifford Yorke » de l’International Society for Neuro-psychoanalysis qui couronne le jeune chercheur qui aura le plus fait avancer le dialogue entre neurosciences et psychanalyse par ses publications de l’année courante. Le livre est également cité par Pierre-Henri Castel dans “La psychanalyse depuis 1980. Chronologie et sélection bibliographique de la psychanalyse et de ses critiques dans son contexte historique, social et culturel, en France, en Europe et dans le monde. Principaux livres, articles et événements institutionnels (1980-2008)”.

Les comptes rendus

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *